IV. La base thématique induite par la systématique du système D2T est constituée :

 

A.  De quatre principes catégoriques :

 

- la nécessité de définir toute politique de D2T selon trois dimensions : économique, sociétale et environnementale,

- la nécessité de réfléchir l’adaptabilité du cadre de vie bâti des territoires et de ses composantes afin de permettre au mieux la maîtrise de son inéluctable évolution,

- la nécessité de la prise en compte permanente du rôle de la culture – le système de valeurs d’une société – dans le développement durable,

- la nécessité de fonder la gouvernance des territoires durables sur des pratiques démocratiques issues du management organisé de leur développement.

 

B.  D’une rigueur intellectuelle méthodique concernant tous les sujets de D2T.

 

 

 

 

C.  D’une grammaire constituée :

 

- de la définition d’une démarche générique d’action significative pour tous les types d’actions,

Pour la définition d’une démarche générique d’action – significative pour tous les types d’actions –, sachant que l’idée d’exhaustivité dans la définition de l’ensemble des exigences de qualité des actions n’a pas de sens, seule une approche typologique aussi détaillée que possible en a.

- d’une méthode de spécification de cette démarche générique d’action pour définir la démarche spécifique d’action adaptée à une action particulière.

 

D.  D’une métrique composée de quatre procédures :

 

- une « procédure de diagnostic territorial global »,

La « procédure de diagnostic territorial global » permet (i) la détermination de l’état d’un territoire donné et (ii) la caractérisation concomitante d’une part des problèmes rencontrés de développement du territoire et d’autre part des objectifs et moyens d’action envisageables dans le cadre d’une politique de D2T.

- une « procédure de mesure de la qualité des actions de D2T »,

La « procédure de mesure de la qualité des actions de D2T » permet (i) la caractérisation de tous les aspects de qualité des actions, (ii) la détermination des critères et des indicateurs d’évaluation des caractéristiques de qualité des actions et (iii) l’évaluation de la qualité des actions.

- une « procédure de surveillance de la qualité de développement durable des territoires »,

La « procédure de surveillance de la qualité de développement durable des territoires » permet l’évaluation de l’évolution de la qualité de développement durable des territoires en utilisant les critères et les indicateurs précédemment définis qui concernent cette qualité.

- une « procédure de labellisation des actions »,

La « procédure de labellisation des actions » consiste en l’assurance de la capacité du décideur d’une action donnée de D2T d’appliquer correctement une démarche d’action prédéfinie servant de référentiel pour la définition et l’organisation de l’action menée. Elle a le double avantage de (i) forcer à rendre permanente la procédure d’évaluation et (ii) rendre publics les résultats de cette évaluation permanente.

 

E.   D’un ensemble de neuf outils de travail :

 

- (1) une « approche typologique »,

L’ « approche typologique » consiste à définir les composantes d’un ensemble pour qu’elles (i) soient distinguables, (ii) constituent un ensemble exhaustif, (iii) soient en nombre aussi réduit que possible, (iv) soient aussi homogènes que possibles,

- (2) une « approche systémique »,

L’ « approche systémique », rappelons-le, consiste à considérer non seulement les éléments constitutifs d’un ensemble, mais aussi les relations qui existent entre ses éléments, la frontière entre cet ensemble et le reste, sa dynamique globale,

- (3) une « approche à engagement global »,

L’ « approche à engagement global » consiste, sachant que les caractéristiques de la qualité d’une action doivent être systématiquement considérées comme les éléments d’un ensemble indissociable, à ce que la prise en compte globale de ces caractéristiques soit globale et opératoire dès l’engagement du traitement de l’action, aussi bien dans l’ordre de la définition que de la réalisation de l’action,

- (4) une « méthode d’identification pour la production de la définition formelle de la qualité d’une action ».

- (5) une « méthode d’identification pour la production de la définition exigentielle de la qualité d’une action ».

- (6) une « méthode de caractérisation pour la production de la définition explicite de la qualité d’une action ».

- (7) une « approche qualitative de la qualité »,

L’ « approche qualitative de la qualité » permet la synthèse d’ensembles souvent complexes d’évaluations quantitatives et qualitatives de caractéristiques d’actions.

- (8) une « méthode d’évaluation » polyvalente,

La « méthode d’évaluation » polyvalente doit permettre (i) d’apprécier comment une action contribue à une exigence politique forte, par l’utilisation d’indicateurs, (ii) une appréciation globale mais fine d’une action pour en tirer des enseignements d’amélioration et de reproductibilité, et ce par le biais de l’analyse interne et/ou de la confrontation, par l’utilisation d’une démarche d’appréciation synthétique et significative,

- (9) une « méthode de présentation » des actions concernant les territoires et les moyens d’aménagement territorial.